Samedi 27, le concert des Insoumis

Affiche_osulivan_27mai_A3

Ce samedi, la soirée des Artistes va rassembler les trois circonscriptions de Cergy-Pontoise.

Déboulé et spectacle de rue dès 19h, puis concert au pub O’Sullivans à 21h.

Ne manquez pas cet évènement ! Venez très nombreux, nous passerons une excellente soirée.

LA CAMPAGNE

Nos candidats, à l’écoute de tous nos concitoyens, ont multiplié les actions.

20170524_110351

Le mercredi 24 au matin, petit déjeuner- café devant le Pôle Emploi de Cergy. Excellent accueil et nombreuses discussions.

 

 

 

20170524_094056

Non, les chômeurs ne sont pas des profiteurs qui prennent des vacances au frais de l’État. Beaucoup de personnes réagissent contre la tendance du gouvernement actuel qui culpabilise les allocataires et tente de changer les règles.

 

 

 

IMG_7406

Le jeudi 25, tout au long de la journée, un stand voyageur a parcouru Chennevières, Eragny, Cergy dans différents quartiers.

 

 

 

IMG_7398

Une façon très riche d’échanger avec la population. Les politiques ne se déplacent sur place que pour des meetings organisés, rarement au contact de la population.

 

 

Nos candidats sur le terrain…

Tout le weekend, nos candidats ont été présents sur le terrain, sans compter.

IMG_6816

Katia Noin-Ledanois et Gérard Januario, candidats de la 10ème circonscription.

Les professeurs du lycée Camille Claudel de Vauréal manifestaient vendredi devant leur établissement, réclamant 26 heures de plus pour maintenir le même enseignement « convenable ». L’établissement attend 97 élèves supplémentaires pour 1,5 poste d’enseignant en moins.

 

IMG_6832

Après le marché à Cergy Saint Christophe, discussion à Menucourt lors de la la fête médiévale, organisée dans le cadre de la Fête de la Nature.

Le dimanche, ils ont rencontrés leurs électeurs sur Vauréal et Menucourt, suivez les lors de leurs visites.

Katia sera présente lors d’un café discussion mercredi 24 à partir de 9h devant le Pole Emploi de Cergy.

 

 

Inscription officielle des candidats

IMG_7343Ce matin s’ouvraient les bureaux d’inscription des candidats aux législatives. Plusieurs groupes de la France Insoumise étaient présents dès l’ouverture.

Nos candidats, tous extrêmement motivés, comptent s’appuyer sur l’Avenir en Commun pour leur campagne, invitant tous ceux qui défendent l’écologie, la transition
énergétique et l’égalité sociale à les rejoindre.

IMG_7333Les sujets sont multiples, le Val d’Oise aussi, cette campagne sera le moyen de rapprocher les habitants, les citoyens, sur les sujets fondamentaux qui nous occupent tous les jours.

Cette campagne nous permettra à tous, d’obtenir une majorité pour faire entendre ces idées et préoccupations à l’Assemblée.

Votons les 11 et 18 juin !

wCtd-kca

 

Ne ratez pas Piaf 95 !

RECTO-PIAF-2017

Après nos assemblées de circonscription qui ont rencontré un franc succès,

IMG-20170510-WA005

Assemblée de la seconde circonscription

IMG_7298

Assemblée de la dixième circonscription

Le programme de samedi 13 est chargé :

  • Le matin, les Rencontres du Samedi, de 10h30 à midi au Café Columbia à Cergy. Nous y exposerons le plan de bataille pour les législatives des 2ème et 10ème circonscriptions.

  • Tout de suite après, vous pourrez vous rendre à Pierrelaye

 

Le samedi 13 mai se tient le 5ème Festival-Forum Social PIAF 95 ! « Circuits courts, court circuit » à Pierrelaye (95) Salle polyvalente, rue des jardins
Le PIAF 95 est le rendez-vous de la gauche radicale locale ! Un lieu et un temps pour se retrouver, échanger, reprendre des forces entre les présidentielles et les législatives, dans une ambiance festive et conviviale !

Cette année, le PIAF 95 abordera la notion des alternatives locales. « Circuits courts, court circuit »
En recentrant les énergies, sans avoir besoin d’aller chercher bien loin, des solutions existent autour de nous pour repousser les insatiables profits des mastodontes !

Des circuits courts pour court-circuiter la fatalité !

Programme :
Dès 11 heures, la salle polyvalente ouvre ses portes
14 heures – 15 heures : débat « circuits courts dans l’alimentaire »
Pause musicale avec les Blues Gardeners
16 heures 30 – 17 heures 30 : débat « circuits courts culturels »
17 heures 30 – 19 heures 30 : Film: « Qui a tué Ali Ziri » projection et questions au réalisateur, avec Omar Slaouti
tout au long de la journée, des stands d’associations, notamment la CGT Finances et la CGT Douanes, Terre le Liens,  Les Amis de la Terre, CPTG et Val d’Oise Environnement, la FCPE et les FRANCAS + RESF, le journal Fakir, le collectif ALI ZIRI, le collectif de soutien aux Roms du Val d’Oise, des personnes de Nuit Debout Cergy, le collectif Antifa de Cergy…
des jeux,
une guinguette, des ateliers de Qi-Gong, d’accroyoga, de graff…
Restauration de spécialités sénégalaises, libanaises, sandwichs, et buvette avec l’excellente bière locale du Chat Volant.
20 heures : Concert (12 €) : Motivés ! avec Frédo des Ogres de Barback en régional de l’étape !

En savoir plus : http://piaf-95.webnode.fr/products/piaf-95/

Vers les jours heureux…

Réflexion poétique et littéraire

 

Auvergne IMG_3995Le bonheur,

Il a un rapport fort à la liberté, il permet de créer des « oasis »entre nous, les lieux où l’on peut se retrouver, partager, projeter, créer… rêver.

Dans les rêves naît la liberté.

Rêver tous les possibles, les regarder en face, et les relier à la vie, pour aller et voir plus loin.

La liberté,

C’est refuser l’ordre établi, la cruauté des pouvoirs…

Pour s’en sortir, pour trouver cette liberté, il faut se retourner vers l’intérieur des êtres.

L’homme a une extrême force pour se détruire, il faut l’utiliser, l’élever, pour atteindre une forme de spiritualité, l’humanité.

Marie-Laure Spéri

 

Laissons-nous traverser par cette humanité que proposent les poètes,

Qui accordent à chaque être le droit d’exister, libre et souverain sur une terre qui appartient à tous et qu’aucune frontière ni aucun mur ne peut délimiter.

Edito du Théâtre Qui

 

arbres et chemin 5618243506_a69e7279f6_bEn quelle heure fugace reprendre sa vie

Si ce n’est en l’autre

Oser encore recourir à l’espoir

Oser encore

Porter l’instant et le rendre à lui-même

Répondre quel qu’il soit au baiser de la terre

Vouloir ce plus loin dont on ne sait pas le nom

Andrée Chedid, extraits de « Oser encore », Textes pour un poème.

 

IMG_4913L’art et la société, la création et la révolution, doivent retrouver la source de la révolte où refus et consentement, singularité et universel, individu et histoire s’équilibrent dans la tension la plus dure.

La révolte n’est pas en elle-même un élément de civilisation. Elle seule dans l’impasse où nous vivons, permet d’espérer l’avenir dont rêvait Nietzsche. Au lieu du juge et du répresseur, le créateur !

Albert Camus, l’homme révolté, extraits.

 

« Nous sommes du parti des peuples décimés et affamés, des expatriés, des chassés, des humiliés, pour qui l’espoir violent est ce qui reste sous la dent… et gardez vos rires dans la gorge, c’est là un aliment, souvenez-vous, qui nourrit bien le muscle de la canaille »…

finance 33700895291_e79928c8de_o« Nous veillons à ce que la soupe inodore, incolore que nous sert la machine à divertir vous amollisse le cerveau au point de vous faire perdre toute conscience et tout esprit critique, et avale tout cru votre liberté de penser. »

« Car la peur de cette liberté là, la peur d’être libre, bâtit toutes les prisons humaines, prisons mentales, prisons de chair et prisons de pierre, barbelés, camps… Contre la sale peur, souverainement, luttons ! »

Jean Pierre Siméon, extraits.

Sélection des textes Marie-Laure Spéri

MESSAGE D’UN ABSTENTIONNISTE CONVAINCU QUI A DÉCIDÉ DE VOTER CETTE ANNÉE, POUR QUI ET POUR QUOI…

urneJ’avais envie de m’exprimer ici pour faire connaître à mes amis, à mes proches et moins proches qui pourraient avoir envie de me lire, quelles sont mes réflexions sur la période électorale que nous vivons…

Et je voudrais m’adresser plus spécifiquement à tout ceux qui sont dégoûtés de la politique, de la médiocrité de cette campagne, des médias, du système dans son ensemble. A ceux qui ne veulent plus/pas voter, soit par dédain soit par mépris. A ceux qui veulent que ça change mais qui ont perdu l’espoir. A ceux qui souffrent de voir chaque jour bafoué l’intérêt général. A ceux qui ont conscience que l’urgence écologique nous pousse à prendre une voie radicalement différente.
Aujourd’hui, pas demain, pas dans 5, 10 ou 20 ans…

Ceux qui me connaissent un peu savent le constat que je partage, et que je suis loin d’être le seul à porter, sur l’état alarmant de notre démocratie, et sur la gravité des crises écologiques, économiques, sociales, énergétiques, politiques, médiatiques, diplomatiques (etc.) que nous traversons.

IMG_6709A vous tous qui partagez ce diagnostic, je vous en conjure, lisez le programme de la France Insoumise ! Oubliez le personnage qui le porte, c’est secondaire à la limite !

Nous sommes une majorité à avoir non seulement perdu foi en nos dirigeants mais à carrément rejeter l’organisation-même de notre société. Nous sommes aujourd’hui nombreux à nous abstenir de voter, à serrer les dents faces à ces oligarques déconnectés de la réalité, qui ne mesurent même plus l’arrogance et le mépris dont ils nous toisent tellement ils sont éloignés de nos légitimes attentes… Ils en récoltent aujourd’hui certains fruits, dédain dans le meilleur des cas, rage ou désespoir dans les pires…

J’ai 32ans, ma conscience politique s’est construite avec l’arrivée d’Internet, mon regard sur le monde et ma façon d’appréhender l’information y sont profondément liés et ne seraient pas ce qu’ils sont si mes opinions ne s’étaient forgées qu’avec les réseaux médiatiques classiques. Mais ce n’est pas représentatif de l’ensemble de la population.

Pour ma part, je connais et j’adhère aux nombreuses critiques que l’on peut porter au système, j’ai longuement écouté/vu/lu Ariès, Héssel, Chouard, Rabbhi, Chomsky, Ruffin, Friot et tant d’autres. J’ai adhéré pleinement au documentaire « Je n’ai pas voté » de Moise COURILLEAU et Morgan ZAHND, dont j’ai fait la publicité autour de moi à maintes et maintes reprises.
Combien de discussions animées (on dit clash maintenant) ai-je pu avoir pour défendre mon abstentionnisme ?!

L’abstention est devenu pour beaucoup d’entre nous, un étendard que nous portons fièrement, refusant de participer à cette grande mascarade. Je l’ai souvent dit, ils jouent finalement tous au même jeu, il n’y a que la couleur du maillot qui change, la stratégie pour gagner…C’est ce jeu auquel nous ne voulons plus participer. Nous voulons changer les règles. Nous décidons de quitter le stade. Fini d’être des moutons, fini de croire au promesses, finie l’infantilisation de nos rapports démocratiques, nous serions tout juste bons à mettre un bulletins dans une urne de temps en temps ? Abreuvés le reste du temps de magouilles politicardes, d’arrangements en douce, de calculs électoraux, de discours vides, de langue de bois constante…

Non, c’est fini, on ne se fera plus prendre, nous ne voulons plus de ces élites qui s’entretiennent en circuit fermé, il est temps que nous reprenions possession de nos vies, de notre pays et de notre planète…
Alors voilà, une fois qu’on a dit ça, on n’a rien dit !
Face à l’urgence et à l’extrême gravité de l’état du monde, face au souffrances, aux violences que subissent chaque jour les plus faibles d’entre-nous et face aux souffrances supplémentaires qui ne manqueront pas de venir s’y ajouter pour nous tous demain si nous ne faisons rien, se pose la question de l’action.

On fait quoi concrètement, du coup, pour changer tout ça ?
La révolution ?
Je veux bien, mais qui commence, pour y mettre quoi à la place et surtout, comment allons-nous nous y prendre ?

Je ne crois plus au Grand soir, le réveil spontané du « peuple ».

Je n’y crois plus car l’opinion publique est bercée par les vapeurs médiatiques de quelques milliardaires, parce que les pensées politiques ne s’articulent pas librement, mais au sein d’appareils complexes qui lissent les divergences pour en faire des lignes politiques défendues par tel ou tel parti, au détriment de la libre pensée de chacun. Je n’y crois plus car la publicité, les émissions abrutissantes, les rayons de nos magasins et le confort de nos canapés nous ont détournés de ces enjeux pourtant cruciaux.
Nous évoluons aujourd’hui dans un environnement politico-médiatique acquis au Grand Capital (et détenu par lui), prisonnier de ses dogmes, nous ne sommes mêmes plus en mesure de penser en dehors du Libéralisme, du CAC40, des partis, formatés que nous sommes par les incantations à la croissance, à la productivité, la compétitivité, la dette, etc.

Le niveau de déliquescence est tel qu’il ne se passe pas une journée sans qu’une nouvelle information surgisse et nous fasse bouillir de rage.
Inégalités criantes, injustices, lois scélérates, trahison des peuples, opinions manipulées, émotions exacerbées, tous les jours, nous constatons l’échec de l’intelligence collective et malgré tout rien ne bouge.

3221466484_f984092479_oHeureusement, il reste internet, notre dernière fenêtre sur le monde, sur les autres, bien que malmenée par les mêmes qui veulent se l’approprier (pourquoi Internet moins qu’autre chose après tout?).
Internet est aujourd’hui, malgré tout, le dernier petit espace de liberté qu’il nous reste. Et c’est bien là que l’on voit encore s’exprimer librement telle ou telle idée, quoi qu’on en pense.
C’est, de plus en plus, là que nous nous retrouvons pour confronter nos opinions, s’informer, bref échanger.

Oui.
Mais…
En attendant, le temps passe et rien ne se passe…
Combien de temps pour que nos concitoyens s’en convainquent ?
Combien d’élections à boycotter avant que n’émerge une pensée révolutionnaire constructive ?
Combien d’assemblées constituantes tirées au sort avant qu’on mette en application les belles idées qui y en surgissent ?
Combien de temps pour vider le stade ?
Et par quel miracle ce changement peut-il s’imposer à tous, alors que nombreux sont ceux à ne même pas prendre la mesure du travail qui nous attend ?

Non, je ne crois plus au grand soir…

Nous vivons un moment historique qui agite nos esprits, qui nous appelle à nous remuer les méninges et à retrousser nos manches, il n’y a malheureusement plus une minute à perdre (et croyez moi, en matière de procrastination, je m’y connais!)

Nous n’avons plus le luxe d’attendre que les choses changent d’elles-mêmes, L’HEURE EST VENUE !!

Revenons-en donc à nos moutons, nous sommes en pleine campagne présidentielle.

Quand j’ai appris que Mélenchon présentait sa candidature pour cette nouvelle élection, je n’en ai fait que peu de cas. J’étais comme beaucoup, à le mettre dans le même panier que les autres. Mais en découvrant plus avant le programme qu’il portait cette année, j’ai accepté d’y prêter une oreille distraite.

C’est quand j’ai entendu que l’idée au cœur du projet (sur plus de 350 propositions) était la convocation, par référendum, d’une assemblée constituante composée de citoyens n’ayant jamais été élus et de citoyens tirés au sort, afin d’écrire la constitution de la 6ème République, que mes yeux se sont écarquillés, avais-je bien entendu ? (C’est le tirage au sort qui a fait « tilt »).

J’ai donc accepté d’en apprendre davantage, et bien les amis WAOUH , ça fait du bien ! Ça apporte de l’espoir dans ce paysage dégueulasse, ça voit loin, ça relève d’une idéologie cohérente, radicale mais juste !

Alors que les médias nous assomment de sondages, nous rabâchent en boucle les affaires honteuses des uns tandis qu’il font monter la sauce artificielle de tel ou tel candidat providentiel, jeune et anti-système mais formé chez Rothschild (suivez mon regard), on ne parle pas du fond.

Là on n’est pas dans le programme écrit sur un coin de table, on n’est pas dans les mesures pondues pour plaire à telle ou telle frange de l’électorat, on est loin du populisme même !

J’y ai découvert un programme ambitieux et détaillé, réfléchi et mûri par le travail de milliers de citoyens volontaires, des mesures cohérentes, une vraie vision à long terme, bref une base de réflexion extrêmement stimulante.

Nous aurions enfin l’occasion de remettre tout à plat, de renverser la table, de nous mettre d’accord ensemble, sans appareils qui viennent se placer entre nous et la Démocratie, de trouver les parades aux écueils que l’on constate aujourd’hui et dont nous ne pouvons nous débarrasser autrement.

J’ai ressenti le besoin de m’exprimer publiquement pour rappelez la GRAVITE et l’URGENCE d’une révolution.

ProgrammePrenez connaissance de l’Avenir en Commun, je vous en conjure et vous verrez qu’on a là une occasion unique de tout changer, que l’on porte ou pas les idées de la France Insoumise d’ailleurs ! Ce n’est pas de l’utopie de le penser comme on l’entend souvent dans les médias, soyez-en votre propre juge.
S’il n’est pas déjà trop tard, je crois que c’est la notre meilleure chance, voire notre dernière, de reconquérir pacifiquement notre souveraineté et notre liberté. Et oui, nous avons une réelle occasion, le mouvement prend chaque jour de l’ampleur et chacun d’entre nous peut s’en faire le porte parole, et si pour une fois on votait utile?

Résistance !

 

Thibault Lery

Pourrons-nous échapper à la traîtrise, à la trahison ?

snake-at-s-a-zoo-1383449Si la trahison est le fait d’abandonner, de livrer à ses ennemis ou de tromper la confiance d’un groupe (politique ou religieux), d’une personne (ami, amant, famille) ou de principes (moraux, ou autres), certains de nos femmes et hommes politiques notamment celles et ceux qui prétendent diriger la France ont depuis longtemps sombré dans les trahisons en tout genre et nous demandent de les suivre…

Daniel Cohn-Bendit traître à ses idéaux de 68,

Robert Hue traître à ses anciens camarades du PCF,

Bertrand Delanoë traître à son premier mandat de Conseiller de Paris élu sur liste PCF,

Corinne Lepage, François Bayrou, Alain Minc, Pierre Bergé, Erik Orsenna, Jacques Attali, Elie Cohen, Bernard Kouchner, Bernard Henri-Levy et j’en passe…de l’Art de la traîtrise entre copains…

Manuel Valls et Emmanuel Macron s’élèvent au grade de maîtres es traîtres, traîtres à leurs convictions s’ils en eurent, traîtres à leurs compagnons et ils en eurent…

François Hollande traître par abandon, François Fillon traître par amnésie ou par amour au choix mais soutenu par Alain Juppé et Nicolas Sarkosy traîtres ex cathedra…

Même l’extrême droite haineuse est infidèle à ses « idéaux familiaux«  en se déchirant en famille à coups de trahison et continue son traître révisionnisme à vomir…hier les chambres à gaz comme détail de l’histoire aujourd’hui elle absout l’Etat Français en remettant en cause sa responsabilité dans le crime odieux de la rafle du Vel d’hiv.

Le patron de chez Paul, célèbre boulangerie, parle en les trahissant de ses 14OIMG_7072OO salariés en prétendant qu’ils soutiendraient tous Fillon !

Benoît Hamon pour le moment semble résister à l’appel des sirènes mais bien qu’ancien ministre socialiste de l’Economie Sociale et Solidaire…les concepts
économiques privilégiant l’humain sont curieusement absents de son programme. Tra
îtrise ?

Alors qui ? de qui pouvons-nous être sûr qu’il ne nous illusionne ; nous mène en bateau, ne nous trahisse et ne nous oblige à nous trahir nous-même comme en 2012.

L’Insoumission sans concession est l’antidote à la trahison d’où qu’elle vienne !

Jean-Luc Mélenchon est le seul à qui mon bulletin de vote fait confiance…il faut voter pour le seul candidat convaincu et convaincant, celui seul pour qui l’humain est au centre même de toutes ses propositions et prétentions Présidentielles.

Liberté, Egalité, Fraternité,

Amitié Insoumises

Jean-Marc Piron-Kerautret

Après l’agonie du PS…

Les trahisons

Après avoir invectivé Jean-Luc Mélenchon pendant des mois pour ne pas avoir participé aux primaires faussement appelées les « primaires de la gauche » par tous les médias, le bateau PS prend l’eau…

Tous les « dignitaires » et « élus importants » du PS n’hésitent pas à renier leur parole en se faisant Macroniser…

Rappelez-vous un slogan Hé Ho la gauche…. et bien ils sont tous partis…. ou presque…

Capture

 

Plus aucune cohésion, chacun va « à la soupe » pour se préserver son petit siège.

Simplement triste. honteux,.

Les volontés, les insoumis, 

Nous ne voulons plus de cette image et de ce fonctionnement de la démocratie,

Il faut que les jeunes votent, nous allons leur expliquer sur le terrain, le droit de vote est fondamental, ils ne se rendent pas compte du pouvoir et du privilège qu’ils ont.

Nous ne voulons plus des petits arrangements entre « amis »

Nous voulons pouvoir échanger avec nos élus et les révoquer si besoin,

Nous voulons une vraie démocratie participative,

L’avenir n’est pas « désirable », il nous faut le défendre.

direct-jean-luc-melenchon-en-meeting-au-havre-4-700-personnes_0

Non, il n’y a pas besoin de mettre des draps noirs, c’est plein..

Notre ennemi est la spéculation, l’accumulation, le non respect de l’humain,

Il nous faut réaliser que les multinationales ont désormais le pouvoir face aux états, les soit-disant accords pour favoriser le libre échange sont là pour cela. Voyez le Ceta et le Tafta…  C’est tout simplement indécent, inacceptable.

Consultez le site d’Attac … Ils nous mettent en garde depuis des années et défendent la taxe Tobin depuis leur création.

Que tous les gens animés par cette conscience se retrouvent, c’est fondamental,

Rejoignez la France Insoumise,

Défendez vos idées,

Rejoignez les groupes d’appui,

Participez, impliquez vous,

A très bientôt,

L’équipe CPI et opsine95 pour l’article

 

 

 

 

 

Conférence de Presse de la deuxième circonscription du Val d’Oise

IMG_6956

De gauche à droite, Luc Deprez, Sylvie Geoffroy, Eliott Bareau, Jean-Marc Piron-Kerautrer

Samedi matin, l’équipe s’est présentée devant les médias, Sylvie Geoffroy, 56 ans est la candidate, son suppléant est Eliott Bareau, 22 ans. Luc Deprez est le directeur de campagne, Jean-Marc Piron-Kerautret le mandataire financier.

IMG_6938Sylvie Geoffroy :

« Si je me suis proposée pour être candidate pour la France Insoumise C’est que j’ai trouvé dans le programme « L’avenir en commun » une résonance complète avec mes convictions personnelles. Depuis ma jeunesse, je suis sensible à l’écologie peut-être à cause de mes origines rurales et mes premiers combats furent contre la construction de la centrale de Golfech.

J’ai aussi toujours été attentive au sort des autres et mes métiers, infirmière d’abord et professeur des écoles, reflètent bien mon désir d’être aux services des plus faibles. Ensuite j’ai toujours été interpellée par les conditions de travail et cet engagement s’est traduit par une implication dans mon lycée comme déléguée des élèves puis dans mon travail comme déléguée du personnel dans la Clinique où j’ai travaillé puis été syndiquée dans mon nouvel emploi de professeur des écoles.

Enfin, je pense que nous faisons tous partie de la même Humanité. Que chaque geste que nous faisons nous engage au-delà de nos frontières.

En 2008, j’ai rejoint lors des élections municipales la liste » Mériel ensemble » puis j’ai participé comme « petite main » aux élections suivantes jusqu’à l’élection présidentielle de 2012 où j’ai découvert Jean-Luc Mélenchon avec le programme « l’humain d’abord ».

Après les élections législatives je me suis mise en retrait tout en continuant à soutenir le Front de Gauche aux élections régionales et municipales suivantes, mais un peu désabusée par l’attitude des partis.

Puis est arrivée la loi El Komhri, et j’ai repris le chemin de la lutte.

Je cherchais un autre moyen de prendre part à l’organisation de notre société et j’ai rejoins les nuits debout ou j’ai pu apprécier la qualité des débats et le formidable élan d’éducation populaire. Mais cela ne me satisfaisait pas et je me suis alors intéressée au programme de la France Insoumise initié par JLM. J’y ai trouvé tous les aspects que je recherchais depuis longtemps. Au travers de la règle verte et de la planification écologique, de la 6ième République, de la Constituante et de l’urgence sociale, j’ai senti que c’était le moment ou jamais. Je remercie l’assemblée citoyenne France Insoumise de la la 2ième circonscription de me faire confiance pour porter et défendre ces valeurs fortes, écologiques, sociales et solidaires. « 

                                   Photos Opsine95