Le projet de loi sur les retraites se délite… On ne sait toujours pas ce que veut dire le point et sa valeur…

Pour voter une loi en conscience, il faut avoir la possibilité d’estimer tous les cotés de cette loi.

Pour la loi sur les retraites, après des mois de manifestations, des commentaires du Conseil d’Etat lamentables et une étude d’impact dont le gouvernement ne sait que faire, on apprend que la valeur du point, sa gestion, son indexation, sa pertinence suivant les secteurs n’est toujours pas au point sans jeu de mots…L’amateurisme de l’Etat est tout simplement hallucinant.

Ci-dessous un extrait des débats à la commission.

Economie contre climat, l'exemple australien.

Quand on voit que le premier ministre australien reste climato-sceptique après ce que toute la côte est du pays a vécu, on ne comprend pas.

Les impacts d’emballement du climat vont être de plus en plus lourds.

Réfléchir aux solutions décarbonnées, propres, sans gaz à effet de serre est de plus en plus urgent. Produire de l’énergie propre, la stocker et la partager devient fondamental dans notre fonctionnement de demain.

A l’aube des municipales, les villes et leurs regroupements doivent se poser sérieusement la question, l’incorporer dans leur plan de développement est désormais essentiel.

Une réflexion sur l’Australie.

L'enfumage continue, allumons les antibrouillards !

Malgré la « lettre » du premier ministre aux syndicats et son interview sur la 2, on se rend bien compte que certains termes comme âge pivot et équilibre voudront dire la même chose, mais il y a encore plus grave. Décryptage.

Donc, on comprend bien que même les retraites actuelles vont être impactées….

Et si vous restez sceptiques sur les volontés souterraines de BlackRock, un article de 2016 en expliquait déjà le fonctionnement.

Nous allons passer à la vitesse supérieure, relayer, faire réfléchir, toujours.

Commençons par les réseaux sociaux, toujours le relai de l’instantanéité.

Abonnez vous, c’est un formidable moyen d’action et de mobilisation.

Vous en avez de nombreux, sur le 95 les agglos et en local, c’est important de s’impliquer, de réagir, de riposter.

Nous allons vous proposer d’autres sujets, de réflexion.

Si certains vous semblent plombants, n’hésitez pas à nous le dire

LE PROJET DE RETRAITE OU LA BÉRÉZINA DE LA SOLIDARITÉ

Résultat de recherche d'images pour "Éric de Dadelsen"

Éric de Dadelsen, comédien,metteur en scène et initiateur de projets, a un parcours multiculturel qui commence par Strasbourg, passe par Vire, directeur du Centre Dramatique du Préau et continue, par l’artistique au Théâtre de la Bouche d’Or et les prises de position, toujours engagées et motrices.

Voici sa déclaration sur les retraites et .. le reste.

La stratégie n’est pas nouvelle mais elle a parfois fait ses preuves. Pas toujours, puisque le grand Charles de Gaulle lui-même en avait fait les frais. (…)

Le jeune émule du général qui aujourd’hui préside aux destinées de notre pays reprend la formule à son compte pour faire passer son projet d’enterrer au plus vite le régime solidaire des retraites par répartition. Il sait bien que son argument de suppression des régimes spéciaux au nom d’une pseudo- équité a bonne presse dans l’opinion publique, peu ou prou. Il sait aussi que les français, pour la plupart, ne sont pas dupes de son projet libéral de liquidation des régimes solidaires, notamment les retraites. Dès lors, alors qu’il pourrait séparer ces deux questions qui n’ont rien à voir ensemble, il accouple de façon obligatoire la question des régimes spéciaux et la réforme générale des retraites. Ainsi il n’hésite pas à dénoncer le mouvement social du 05 décembre 2019 comme étant une défense corporative des régimes spéciaux et non une remise en question de sa prétendue réforme équitable.

Les régimes « spéciaux »

En fait, si l’on prend la question du point de vue des salariés, les régimes spéciaux sont justement l’un des derniers remparts contre un système de nivellement des retraites pas le bas. Pire encore le projet de l’exécutif dans son système de points, sous prétexte d’une adéquation à la réalité du terrain, donc à une forme de justice de « tu touches en fonction de ce que tu as gagné » gomme toute forme de corrections des inégalités sociales et salariales. Le projet en question au contraire garantit la reconduction des inégalités criantes et scandaleuses dans l’échelle des salaires dans le cadre des retraites. La dimension solidaire cède une fois encore le pas à la logique comptable d’une société totalement inégalitaire.

Pourtant, l’élaboration des régimes spéciaux a été justement dictée par le souci des organismes paritaires de corriger des inégalités évidentes. Au-delà de la pénibilité, souvent seul argument avancé, il y a par exemple, des métiers qu’il ne fait pas toujours bon pratiquer, passé un certain âge. Est-ce qu’un éducateur spécialisé ou un instituteur sont toujours aussi motivés et opérationnels auprès des jeunes, avec le choc générationnel, après 55 ans ? Permettez-moi d’en douter. Il est de bon sens de se dire que certains d’entre eux sont peut-être encore à leur place mais que pour beaucoup d’autres, l’on devrait valoriser plutôt leur expertise et leur expérience dans des tâches et des fonctions plus en distance. Evidemment des jeunes godelureaux comme ceux qui nous dirigent n’ont pas et ne peuvent pas avoir, à leur décharge, suffisamment de vécu et de sagesse pour comprendre et analyser cela.

L’ignorance de la réalité

Et d’ailleurs, le pourraient-ils, ils ne le feraient pas. Car au lieu de mettre les choses à plat, ils partent de préjugés et de principes figés dans leurs esprits inadaptés au réel d’un monde du travail que dans le fond ils ne connaissent pas. Le problème des financements, comme l’exprime très bien le haut- commissaire aux retraites et le C.O.R., est plus un problème de recettes que de dépenses. Le gouvernement actuel a creusé à nouveau un déficit profond dans le régime des retraites, pas parce que nous avons un différentiel actifs/retraités accru mais parce qu’il exonère à tour de bras les entreprises de leur part de cotisations. Est-ce que cette manne, enlevée aux salariés, et redonnée aux patrons, crée de l’emploi ? Non ou si peu. Est-ce que cet argent rend ces entreprises plus compétitives ? Globalement non. Est-ce que cela augmente les dividendes des actionnaires ? Oui et massivement. Les chiffres le démontrent.

Le coût des régimes spéciaux, chacun s’entend à le constater, surtout quand on parle des cheminots, est minime au regard de la durée et la qualité de vie que cela peut apporter à ces salariés. En revanche, le coût des retraites chapeaux et des parachutes dorés est énorme pour un si petit nombre de bénéficiaires. Si la question est bien, et nul raison d’en douter un problème de recettes, allons chercher l’argent où il est.

Les possibles

Si les femmes étaient payées à fonction et compétence identique à l’égal des hommes, cela serait déjà un gain de cotisation considérable. Si la part patronale était rétablie à sa juste valeur, cela serait aussi un gain conséquent. Si une part de cotisation en direction de la solidarité nationale était prélevée sur l’ensemble des profits des actionnaires, là nous aurions un sacré matelas pour financer la solidarité nationale et particulièrement les retraites. Si enfin on prélevait d’une façon bien plus autoritaire, et non soumise au diktat américain, une cotisation sociale sur les flux financiers et les bénéfices immatériels en général, le bonheur du peuple en ce qui concerne la vie quotidienne serait largement et équitablement assuré. Si pour en finir il y avait un vrai partage des bénéfices avec les salariés, alors l’horizon serait totalement dégagé. Et le mensonge éhonté que chacun gobe bêtement parce que cela sonne comme du bon sens que parce qu’on vit plus vieux on doit travailler plus longtemps ferait vite chou blanc. Car cette question peut apparaître si l’on a un authentique déficit démographique. Ce n’est pas notre cas. En outre, et quoiqu’en pensent les populistes dans leur infinie démagogie, l’immigration est à même de régler cette question. A propos, allons-nous demander aux femmes de travailler plus longtemps parce que leur longévité est plus grande? Soyons sérieux.

La réalité et ses non-dits

La réalité est que l’exécutif veut faire payer au peuple toutes les factures. Il ne touche pas à l’âge légal mais il rajoute des trimestres et il décôte à partir d’un certain âge. C’est-à-dire soit il encourage à partir plus vieux soit il précarise les retraités. Dans les deux cas possibles, il nous gruge. Il rallonge les annuités. En Allemagne, 35 annuités nécessaires, en France 42. Il utilise l’argument des études longues pour prolonger la durée du travail. Pourquoi, comme en Allemagne, ne pas prendre en compte les années d’études dans le calcul de la retraite ? A partir de ce système j’ai des amis allemands qui gagnent bien plus à la retraite que lorsqu’ils étaient en activité. Trouvez-moi un seul cas similaire en France. Enfin, on le sait bien, la plupart des gens qui se retrouvent au chômage à 57 ans sont définitivement spoliés et réduits à la pauvreté.

Qui prend l’argent et comment est-il distribué

Au lieu d’une proposition prometteuse et vraiment équitable, la réforme que prévoit l’exécutif aujourd’hui, comme toutes les prétendues réformes qu’il envisage, c’est la mise en place de système qui permettent de donner au peuple sous forme d’avantage social une petite part de l’argent qu’on lui a pris dans les impôts et taxes dont chacun est bien obligé de reconnaître qu’ils nous désignent comme les champions du monde de la contribution publique. Quand la société a besoin d’argent, l’exécutif fait un projet de loi : ça ne coûte rien, ça n’engage à rien. Quand la société a besoin de solidarité, l’exécutif va chercher l’argent dans la poche des classes moyennes, des contribuables.

Réagissons !

Sommes-nous assez sots pour ne pas voir le pot aux roses ? Sommes-nous assez serviles pour accepter cette manipulation d’illusionniste de bas étage ? Sommes-nous assez égoïstes pour ne pas comprendre que nous jetons nos enfants et petits-enfants en pâture aux exploiteurs des masses populaires qui nous méprisent et nous dirigent aujourd’hui ? Combien de temps encore allons-nous accepter cette spirale descendante de nos intérêts et de nos valeurs ? Ne me parlez pas de violence, la pire des violences vient des affameurs du peuple qui nous manipulent et nous dépouillent sans vergogne.

Rouen, une véritable catastrophe écologique et une jolie multinationale.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, en pleine nuit, juste à coté du centre de Rouen, un incendie se déclare dans le centre de production d’additifs pétrolier de Lubrizol.

Vous le savez ou non, pour que vos moteurs diesels, essentiellement, polluent moins, il faut des additifs, pour que vos huiles moteur soient plus performantes, même chose.

Lubrizol, est une grande compagnie multinationale détenue par Warren Buffet, une des plus grande fortune mondiale.

Ah ? une multinationale sur Rouen…. juste à coté du centre ville..

La plus proche du centre de Rouen classée Seveso niveau haut.

Le groupe Lubrizol, ne communique pas beaucoup.

Nous attendons que nos médias toujours vifs sur l’info les interrogent…

Ces multinationales ont-elles répondues à toutes les règles, incidents en 2013, demandes de mises aux normes à plusieurs reprises, dernière inspection début septembre.



Pour résumer, very, very good money…
Good money…
By lubrique zol.

Les habitants sont réveillés vers 5h par des explosions.

Vers 7h45, les sirènes se mettent à hurler pour avertir la population, cette mesure est habituellement déclenchée dans les cas graves.

La population écoute les médias, les écoles, les crèches sont fermées à la dernière minute. Les parents sont déroutés et inquiets car il commencent à voir ce qui se passe au lever du jour.

Le gouvernement réagit sans comprendre vraiment, se déranger de si bon matin est pénible.

Déclaration de Castaner :

Il n’y a “pas d’élément qui permette de penser qu’il y a un risque lié aux fumées” provoquées par l’incendie en cours dans une usine Seveso à Rouen, a affirmé jeudi sur RTL le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

L’incendie continue de se propager, l’inquiétude augmente chez les Rouennais,

https://www.rtl.fr/actu/politique/incendie-dans-une-usine-seveso-a-rouen-ne-paniquons-pas-dit-castaner-sur-rtl-7798367933

Suivez le lien pour savoir ce que Castaner dit à ce moment de la journée..

C’est assez hallucinant, un site seveso classé niveau haut vient de s’embraser juste à coté de la plus grande métropole de haute normandie.

Message des autorités : « tout est sous contrôle, pas d’émission vraiment toxique »

Ceux qui déclarent que tout va bien et qu’il n’y a pas d’émission toxique ne sont pas à Rouen.

La situation à Rouen est cataclysmique.

La mort de Jacques Chirac occulte d’un coup toutes les infos. Boucle permanente.

Toutes les chaînes d’info ne relaient plus aucune information sur Rouen.

La population interpelle, demande via les réseaux sociaux pourquoi il n’y a que le préfet en boucle …

Black-out total, la population ne sait pas quelle attitude adopter.

A 15h, tous les transports vont être suspendus petit à petit.

Pourquoi ?

Si on suspend les transports en commun, il y a vraiment une urgence.

Personne ne sait, panique chez certains usagers, panique certaine chez les habitants, surtout proches d’un brasier que l’on voit de tout les cotés de Rouen.

Les gens, sur place commencent à se plaindre, FR3 est évacué, le préfet continue à dire que non, à la Préfecture, tout va bien , ils restent sur les lieux.

Non, une usine Seveso niveau haut ne rejette rien, à en croire le gouvernement.

L’inventaire de la Dreal peut inquiéter, dans la dernière situation du 6 septembre, il y a même des matériaux radioactifs..

Certains produits ont été déplacés, on attend de savoir lesquels.

https://www.franceculture.fr/emissions/journal-de-8-h/journal-de-8h-du-jeudi-26-septembre-2019

https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2019/09/18c86415-ee90-4785-a905-6f8f666b7ca9/838_index.webp

Grande inquiétude pour l’instant, on ne sait pas ce qui a brûlé, on ne sait rien pour l’amiante, rien non plus sur les produits radioactifs….

Le gouvernement, ce matin, nous promet une totale transparence…

Mais quand ?

Quand il est « implicitement recommandé  » de ne plus manifester.

Les manifestations pour le climat se passaient jusqu’à maintenant sans heurts, sans destruction, sans violence, voyez notre reportage de mars dernier.

Ce samedi, tout a basculé, la manifestation complètement pacifiste n’a pas pu se dérouler normalement.

Dès le départ, des échauffourées sur le boulevard St Michel, puis deux ou trois fois sur tout le parcours, pourquoi, comment ?

La plupart des gens ont quitté la manifestation à la demande de Greenpeace qui craignait pour la sécurité des participants.

Beaucoup qui étaient venus en famille, avec leurs enfants ont alors abandonné et sont rentrés chez eux, le moindre risque dissuade, et c’est normal.

Ceci a permis à notre gouvernement et aux médias de décompter beaucoup moins de manifestants, donc moins de pression, dire que c’était pas si puissant que cela, etc.

Il faut se rappeler qu’il y a des poursuites contre le gouvernement pour inaction climatique..

Les politiques sont pour l’instant incapables de maîtriser les dérives financières et par conséquence, avoir les budgets pour entamer une transition indispensable

Nous vous proposons de voir ce qui s’est passé sur la place d’Italie et l’avenue des Gobelins.

La manifestation est déclarée et autorisée par le préfet.

Donc, les forces de polices sont là pour nous protéger…

Et cela va loin, on a même vigipirate au cas où.

Place d’Italie
Avenue des Gobelins

Ils sont là pour nous protéger, donc on se sent bien en sécurité.

C’est bizarre, les lanceurs de LBD sont masqués, il y aurait une raison ?

Toujours Avenue des Gobelins

Tout se passe bien même si certains visages sont inquiets.

Et soudainement, les choses se crispent.

On voit de chaque coté de l’avenue des groupes qui ne sont pas des manifestants, mais qui ont des casques…. pour défendre le climat…

Pourtant, tout est calme….
Toujours Avenue des Gobelins…
Etranges, ces casques qui se mêlent aux manifestants !

Puis, les rues adjacentes sont barrées par la Gendarmerie…

Les médias, casqués, attendent de saisir les moments les plus saignants…

Ils réagissent aux premières explosions.

Quelques voix provoquent et insultent la police… on ne sait pas trop qui sont ces personnes…. un groupe de cinq, habillés globalement en noir, contactés par téléphone redescend en courant de la place d’Italie.

Le reste, vous avez pu le voir sur les médias.

Beaucoup de gens ont quitté la manifestation, comme à chaque épisode violent.

Nous en faisons partie.

Curieusement, après ces violences, la Préfecture a laissé un petit bout des manifestants rejoindre la Bastille, manifestation non déclarée mais accompagnée par les forces de l’ordre sans aucune répression, comme pour se racheter car bien relayé par tous les médias.

Happy end, tout va bien.

Crédit photo opsine 95 non réutilisable sans autorisation, s’adresser au site.

De Rugy invite ses amis, et c’est vous qui payez !

C’est assez honteux de voir des ministres organiser leurs petites fêtes entre amis et ouvrir de bonnes bouteilles à vos frais.

Avant, mais c’était avant, que ce soit de droite ou de gauche, un ministre qui se retrouvait dans cette situation démissionnait immédiatement.

Sous la macronie, non, on explique que l’on fait de la… et puis ….. et que c’est bien… parce que la dette… l’Europe…. L’écologie… les contacts etc…

Insoutenable lorsque l’on compare avec les « efforts demandés à la population « .

Moins de fonctionnaires, moins de santé, plus de taxes et moins de retraite.

Et ce n’est pas du « populisme » qui est mis à toutes les sauces, adressé à tous les partis qui ne marchent pas… suivant Micron

Les sources journalistiques sont comme d’habitude mises en cause.

Une vidéo de Brut

Même si les commentaires de Fabrice Arfi ne sont pas neutres par rapport à la France Insoumise, son talent de journaliste est indéniable et précieux.

Il nous faut continuer à soutenir les médias qui restent indépendants.

Un sujet qu’il va nous falloir aussi travailler

Nous sommes modestes, avec une audience modeste.

Ce blog reste un témoignage bien évidemment non exhaustif de ce qui s’est passé depuis février 2016 à Cergy… Photos, vidéos, opinions etc.

Il représente cependant ce que nous avons vécu.

A tel point que certains tentent d’en prendre le contrôle, de façon unilatérale.

No comment…

Ce n’est pas grave, cela veut dire que nous avons un rôle, c’est bien.

Vous êtes tous invités à partager sur cette plateforme, des documents, des photos, des vidéos et bien évidemment des opinions, des articles qui resteront… à lire et voir et revoir pour plus longtemps que sur…..et qu’avec….

Nous devons encore plus défendre, depuis le 26 mai dernier, nos opinions et un programme.