Cervo Maestoso

16706358014_c97b1c7f9c_o

By Franck Alcaraz (CC)

Si la tradition populaire a coutume de dire que la Musique adoucit les mœurs remarquons qu’elle n’agirait pas seulement sur notre moral et la douceur de nos rencontres.
En effet, les découvertes les plus récentes démontrent qu’elle modifie sensiblement notre capital de neurones, démultiplie nos connections nerveuses, amplifie les réseaux de fibres, augmente leur efficacité… bref, elle participe à la construction, à l’entretien, et à la qualité du fonctionnement de notre cerveau !
Elle favorise même la jonction, le pont entre nos deux cerveaux gauche et droit…Grâce à elle, le trafic entre nos deux hémisphères est plus intense, plus fluide, plus rapide…

De très récentes recherches sur les bébés concluent que la pratique du rythme très petit augmente la qualité langagière de l’enfant en devenir… La Musique potentialise le Langage… Alors, si l’impact de la Musique est tel sur la construction de notre « matière grise », si elle influe tant sur notre « machine à penser », notre façon d’être au monde, dans le monde, face au monde… faisons de la Musique…
Où ? A l’Ecole d’abord et avant tout !
« Découvrir une activité artistique à l’Ecole c’est avoir une chance d’échapper à la tyrannie de son milieu social…on apprend le « soi » grâce à l’Autre et on découvre l’Autre grâce à moi… » Philippe Torreton in Mémé 2013
Chacun de nous fait de la Musique, sans le savoir, comme le bourgeois gentilhomme et sa prose méconnue. Notre premier instrument est notre voix… et nous vocalisons dès nos premiers instants de vie…
Donc à l’Ecole, il faudra chanter. Exigeons plus de chorales, de chœurs, de maîtrises d’élèves et pourquoi pas que chaque élève ait son propre instrument de musique.
Apprendre collectivement, ensemble outre construire un cerveau bien fait, construit un sujet social armé contre l’échec, l’exclusion et la violence…
L’orchestre permet aux jeunes de découvrir le goût de la vie, la fierté de soi et leur place dans la Société…
« L’orchestre représente la plus belle métaphore de la Société que je connaisse » Riccardo Muti Chef de l’orchestre de Chicago.
A partir de septembre 2016, dans les instructions gouvernementales, la musique à l’Ecole fera partie du premier domaine intitulé « les langages pour penser et communiquer » ; l’élève sera invité à comprendre et s’exprimer en utilisant quatre type de langage dont le langage des arts et du corps.
Ainsi nous pouvons lire que « Tous les enseignements concourent à développer les capacités d’expression et de communication des élèves, l’éducation musicale revient prioritairement de les initier aux langages artistiques par le chant ; l’initiation à différentes formes de langages favorise les interactions sociales ; en éducation musicale, pour réaliser une production  la présenter, s’exprimer sur sa propre production, celle de ses pairs, sur l’art, comparer quelques œuvres musicales, exprimer ses émotions… la musique contribue à manipuler les composantes des langages dans une visée artistique ; à maîtriser sa voix parlée et chantée, à moduler son expression, à interpréter un répertoire, à tenir sa partie dans un collectif… »
Ce faisant, il nous semble que l’Ecole ne peut se contenter d’une initiation à l’éducation musicale, elle doit faire que la Musique mais aussi d’autres pratiques artistiques rejoignent les apprentissages dit fondamentaux tels le français et les mathématiques.
Nos propositions sont donc éloignées des « aménagements du temps de l’élève » défendus par le gouvernement, où parfois les activités artistiques ne sont que des succédanés occupationnels.
Nos idées font progressivement leur chemin. Par exemple, dans le Val d’Oise cinq communes viennent d’adhérer au projet DEMOS piloté par la Cité de la Musique, d’autres au projet de classes orchestre piloté par la modélisation « del sistema » développée au Venezuela…
Nous soutenons ces initiatives, et lançons le débat pour qu’une proposition forte sur l’enseignement des pratiques artistiques figure en bonne place dans le projet jlm2017.

 

Jean-Marc Piron-Kerautret
Psychologue Clinicien
Artiste Lyrique

Une réflexion sur “Cervo Maestoso

  1. Jean-Marc Piron pose un problème majeur pour l’Éducation Nationale: permettre aux enfants de surmonter les problèmes difficiles auxquels ils sont confrontés, grâce à la musique, ou par la danse qui est la musique du corps, voire même grâce à certaines disciplines sportives.
    L’impact de l’éducation musicale sur la structuration du cerveau de l’enfant est désormais connu, et je le comprends ainsi: plus on fait de la musique plus on développe ses capacité cognitives, plus on devient intelligent, plus on est capable d’apprendre.
    Il y a aussi un autre aspect qu’il ne faut pas négliger, pour les enfants des milieux populaires, et en particulier pour les enfants dont les parents sont d’origine immigrée, l’école offre peu de possibilité à l’enfant de se voir félicité, encouragé. La musique et les activités d’expression corporelles sont des moyens puissants pour motiver l’enfant dans ses apprentissages.
    En conclusion notre mot d’ordre pourrait être: « donner un instrument de musique à chaque élève et les professeurs pour les accompagner ».

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s