En quête de souveraineté : maitriser la finance (2)

3594796849_055551e31f_o.jpg

Place de la bourse : by Damien Roué (CC)

 

EPISODE 2

La spéculation.

Au début, la bourse était presque bénéfique.

Elle permettait aux entreprises de collecter des fonds pour qu’elles investissent, donc création d’emploi, développement etc.

Enfin pas vraiment, c’était déjà et on le sait, l’organisation de ce qui allait se passer plus tard car ce n’est pas les ouvriers qui avaient les moyens d’ acheter des actions.

Chacun, chaque entreprise, chaque banque allait pouvoir parier sur la réussite de l’un ou de l’autre..

Et delà, la dérive la spéculation.

En final, on n’investit plus sur ce qui est intéressant, innovant, social, écologique, artistique, culturel ou autres…

Il faut que cela rapporte… et vite.

Depuis que le dollar n’est plus indexé sur l’or, depuis la libéralisation des marchés, ceux qui doivent « se réguler » s’en donnent à cœur joie.

On a vu combien d’américains ont fini sous des tentes après le scandale de 2008… D’ailleurs, les médias n’en parlent plus, ce n’est sans doute pas porteur.

Il faut aller de plus en plus vite pour créer l’illusion.

Las Vegas paraît vraiment dépassée, on parle là de speed trading, le nouveau trader entièrement informatisé qui réagit en une fraction de seconde. Quelquefois, un petit bug peut faire s’effondrer la bourse quelques minutes, mais les quelques retouches effectuées, cela repart de plus belle.

Près de 60 % des mouvements boursiers transitent par les paradis fiscaux…

Cela rapporte tellement que certains ne savent plus vraiment ce qu’il faut faire de leur argent…

Bon, on va faire une fondation, on va aider l’humanitaire, on va aider l’art (cela rapporte si c’est un marché) etc.

Cela finit par agacer, cette repentance tardive… Ils auraient pu servir à quoi, ces milliards de $ ou €…

Supprimer la faim, avoir une sécu mondiale, ou un revenu minimum, cela ne motive pas tout le monde, surtout si c’est anonyme…

Il faut interdire en urgence cette mécanique des marchés qui conforte la spéculation grâce au speed trading, aux produits financiers opaques qui sont vendus par vos banques respectives et qui peuvent vous dire que vous avez tout perdu sans comprendre..

Comment faire ?

James Tobin a eu l’idée de taxer les échanges financiers dès 1972. Le principe est de taxer les échanges spéculatifs de court terme.

Après la crise de 2008, onze pays européens se sont engagés à mettre en place une taxe Tobin simplifiée. Les négociations traînent et nous ne voyons toujours rien venir.

Après les promesses de la droite et des socialistes pour qui la finance était l’ennemie, il nous reste à trouver les dirigeants qui auront le courage de fédérer les états et d’arrêter cette course en avant des bulles spéculatives.

Certains économistes de renom nous promettent une crise beaucoup plus grave que 2008 si nous restons les bras croisés.

Opsine 95

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s