Pour qu’on ne revoit plus les fruits étranges.

170107-strange-fruit

Billie Holliday, l’original. https://youtu.be/Web007rzSOI

La version d’Annie Lennox.  https://youtu.be/j_cGtRMK-7Y

 

 

Il ne parait pas inutile de rappeler que l’incitation à la haine raciale est un délit qui, lorsque son expression est publique, peut coûter à son auteur une peine de un an de prison, et une amende de 45000€.

Pourquoi le rappeler? D’une part car de nombreux français ou résidents en France en sont victimes, d’autre part car on peut constater une tendance à banaliser ces discriminations.

Un « testing » récent a montré que les deux tiers des demandes d’emploi émises avec un nom d’origine maghrébine étaient refusées alors qu’une sur deux de ces même demandes, dont on avait seulement changé le nom du demandeur, étaient acceptées.

L’humiliation dont sont victimes les jeunes français d’origine maghrébine a son pendant sous forme d’agressions physiques, par exemple celles dont sont victimes actuellement les personnes d’origine asiatique. Un commerçant chinois n’est-il pas mort récemment car des voyous considéraient que les chinois ont beaucoup d’argent sur eux? Ajoutons à cela l’homme d’origine africaine expulsé du métro par des hooligans anglais.

Le racisme n’a évidemment de sens que pour le raciste. Toni Morisson écrit que « les gens qui le pratiquent n’existent pas sans lui ».

La discrimination raciale c’est aussi un coût économique et social énorme pour notre pays, au même titre d’ailleurs que les autres discriminations.

Un coût économique car la discrimination écarte l’intelligence de nombreux jeunes gens des emplois de recherche, de développement et de production, du seul fait que leur teint ou leur nom ne paraissent pas convenables. C’est aussi un coût social car elle marginalise des personnes essentielles au développement de notre projet de société. En particulier au projet que porte la France Insoumise. Que serait donc l’hôpital sans ces personnes d’origine étrangère, ou dont le teint laisse croire aux esprits simples qu’ils sont étrangers?

L’expression libre de la discrimination raciale, comme on le constate sur internet, est aussi porteuse d’affrontements inter-communautaires. En effet, des politiques irresponsables ont créé des ghettos, des îlots de pauvreté où se concentrent, souvent dans un dénuement extrême, des personnes de mêmes origines ethniques. Pour exister le raciste doit les affronter. On l’a vu à Calais, ce pauvre type « blanc », menaçait des réfugiés de son fusil; son racisme est sa seule manière d’exister. Les groupes fascistes poussent à l’affrontement.

Un autre incident récent est venu nous rappeler que la menace contre les associations humanistes et humanitaires se fait de plus en plus prégnante. Nous le voyons à Béziers, on le voit à Hayange contre le Secours Populaire sous la pression du FN, on le voit également dans le Val d’Oise, où le Secours Populaire est la cible d’un groupuscule fasciste, la « Blanche Europe ».

On apprend sur le site de ce groupuscule que le Secours Populaire accueille des réfugiés,  » ces sauvages du désert qui vont soit trouver une pute à beurs, soit simplement violer une fille », on y lit aussi que les actions du Secours Populaire s’expliquent car son Secrétaire a un nom « qui n’est clairement pas français, …, qui ressemble à un nom juif mal orthographié. Ca expliquerait deux ou trois choses ».

Alors que faire?

Les niaiseux, très minoritaires, nous suggèrent de plier l’échine! Dénoncer ces sites pestilentiels ce serait faire de la propagande pour les fascistes. Et nous voilà taxés de propagandistes de l’extrême-droite!

Or sur ce sujet-là la France Insoumise a un projet: une République Universelle.

Nous voulons notamment « Assurer l’égalité réelle et combattre les discriminations fondées sur le genre, le handicap, l’apparence, la couleur de peau, l’âge, l’orientation sexuelle, la religion ou la croyance, l’origine sociale ou la fortune ». (Page 28 du programme l’AVENIR EN COMMUN).

Que pouvons-nous faire?

  • Dénoncer sans relâche les sites internet et les organisations incitant à la haine raciale. Ce qui implique évidemment de s’exposer.
  • Faire fermer ces sites. Le site officiel de l’administration française propose de signaler de tels sites. Mais une surprise nous attend: Le site gouvernemental nous informe que le site signalé leur a déjà été signalé… mais est toujours accessible à l’heure où nous écrivons. Le délit est avéré aussi longtemps que le document existe sur le site.
  • Faire pression sur les élus et les responsables politiques pour qu’ils s’engagent résolument contre les discriminations et là nos premiers contacts n’ont pas été sans surprise.
  • Enfin, faire pression sur l’administration, l’article 40 du code de procédure pénale prévoit que « toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit, est tenu d’en donner avis sans délai au Procureur de la République » et le Procureur de la République peut agir pour mettre fin à la discrimination. Mais cela ne se fait pas toujours avec une grande diligence.

Nelson 95

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s