Barack Obama qualifie la guerre en Lybie de pire erreur de son mandat

 

5554673689_bbb89d216c_o.jpg

By Jason Taellious

 

Retrouvez dans cet article du Guardian la réflexion du président Obama sur la guerre en Lybie.

Il qualifie l’action de la France d’opération de promotion afin de se redonner une position internationale.

Lynchage d’un chef d’état, massacre de civils, pays totalement fragmenté, nouveau bastion du terrorisme, le moins que l’on puisse dire est que c’est un échec…

 

C P I

Ben Laden, le Yémen et la stratégie d’Al-Qaida – Laurent Bonnefoy

La diffusion par les autorités américaines des lettres et documents saisis en mai 2011 dans la maison d’Oussama Ben Laden à Abbottabad au Pakistan, après son élimination par les forces spéciales, coIslamic designnstitue une occasion rare de s’intéresser à la stratégie concrète d’Al-Qaida. Entre bien d’autres choses, les obsessions de Ben Laden se dévoilent, sa tactique pour le Yémen s’explicite et se mesure, en creux, la différence structurelle entre la génération djihadiste incarnée par Al-Qaida et celle qui la suit, (…)

http://orientxxi.info/magazine/ben-laden-le-yemen-et-la-strategie-d-al-qaida,1249

 

 

Polémique après le passage de J.L Mélenchon dans le Supplément : tempête dans un verre d’eau

Les positions de Jean Luc Mélenchon sur la Syrie divisent, et sont l’objet d’une instrumentalisation médiatique dans la campagne de dénigrement dont il est l’objet.

Comment comprendre les propos de Mr Mélenchon sur la nécessité d’une paix rapide et d’un arrêt des bombardements français en Syrie ?

Commençons par dire que la plupart des analystes militaires s’accordent à dire que l’EI ne sera pas vaincu par les bombardements de la coalition.

Il nous faut saisir l’essence de ce groupe d’assassins, la façon dont ils se sont construits, les raisons de leur implantation dans les populations civiles locales et surtout le fait que l’EI est une formidable aubaine pour redonner à Bachar Al Assad une bouffée d’oxygène sur la scène internationale.

Aux amnésiques : Bachar est le meurtrier de tout un peuple, qui a massacré ses citoyens de façon arbitraire et par centaines de milliers, peuple dont on estime à plusieurs millions le nombre de déplacés.
Aux nostalgiques de la République Syrienne : elle était laïque et multiconfessionnelle certes, mais est-ce la seule grille d’appréciation qui vaille ? J’encourage chacun à discuter avec des syriens autour de lui afin de prendre la mesure de la dictature que ce fût.

L’inaction de la communauté internationale a eu entre autres effets la récupération de la révolte par les groupes djihadistes dont certains jugés plus fréquentables ont été financés par nos gouvernements, ainsi que l’appropriation musclée du règlement du conflit par les russes qui défendent leurs intérêts régionaux..

L’heure est au pragmatisme. Il faut ramener une paix dans la région et organiser l’après. Il est évident que Bachar ne pourra pas à terme rester à la tête de la Syrie (les russes eux-mêmes ne le nient pas), mais bombarder indéfiniment des territoires où sont pris en otage des populations civiles sans chercher un règlement politique avec tous les acteurs en présence ne règlera pas non plus le conflit.

Sortons de la caricature et attaquons nous aux racines du mal, ce qui peut signifier prendre de la distance vis à vis de nos allégeances traditionnelles, et ceci dans l’intérêt de ces populations.

A vos réactions.

Yohan SAYNAC

@yohan375