En quête de souveraineté : maîtriser la finance (1)

8637443944_522b10b326_o.jpg

Crédit photo : Thierry Erhmann (CC)

 

Les états n’ont plus les moyens de fournir aux citoyens que nous sommes les moyens basiques d’exister, de s’instruire, d’évoluer, d’avoir un métier, d’avoir une dignité, de se soigner et d’avoir une retraite en conséquence.

Pourquoi ?

Parce que la concentration des richesses a atteint un point qui n’est plus supportable. Et ce n’est pas par le travail, c’est par une « optimisation » de la fiscalisation et la spéculation permanente sur tout, y compris les denrées alimentaires.

EPISODE 1        

L’évasion fiscale

Cela fait des années que cela dure, que c’est connu, sans que les gouvernements ne réagissent. Pourtant, tous les paradis fiscaux sont identifiés et existent pour la plupart depuis plus de cinquante ans, certains sont ancestraux !

Espérons que le scandale des Panama Papers fera émerger l’iceberg.

Après cette onde de choc, tout le monde semble presque étonné… ou feint de l’être…

Bienvenue dans le monde où la finance et ses dérives les plus insupportables peuvent se retrouver à la vue de tous…

Sans blague, c’est possible ?

Il y en a des découvertes à faire ! Les îles Caïman et autres, le Delaware aux États-Unis ; plus proches, Jersey, Guernesey, le Luxembourg et la Suisse…

Que tous ceux qui savent dénoncent ce qui n’est pas légal. C’est défendre 99 % de notre population.

Préservons nos sources, défendons les lanceurs d’alertes et la presse.

C’est vraiment l’actualité des tribunaux Luxembourgeois…

(Au fait, il fait quoi maintenant, l’ancien ministre des finances du Luxembourg ?)

On estime l’évasion fiscale française à quelques 80 milliards d’euros chaque année, sans chiffre précis pour les entreprises et cela peut faire vraiment monter l’addition.

Il est difficile de se représenter la somme, approchons cela de certains budgets :

  • Budget du Ministère de l’éducation (2015) : 88Md€
  • Charge de la dette 2016 :  44 Md€
  • Déficit brut de la sécurité sociale en 2015, pour l’année : 10,4 Md€
  • Budget du Ministère de la Culture 2016 : 7,9 Md€

Nous sommes tous désolés pour la Sécu et la Culture…

Des chiffres à rapprocher aussi de la perception de l’impôt sur le revenu 2015 : 70 Md€. Vos impôts peinent à compenser l’évasion fiscale, c’est un comble !

Au niveau américain, 1400 Md$ d’évasion pour les multinationales que nous connaissons tous au titre de l’optimisation fiscale. La pomme qui nous prend pour une poire dans le peloton de tête…

On attend l’estimation du manque à gagner de la France dans les montages de ces multinationales via le Luxembourg (qui fait partie de l’Europe!) des îles anglo-normandes ou de l’Irlande.

Pour l’instant, et c’est loin d’être fini :

300 m€ sont demandés à McDonald’s

Combien pour Google, Starbuck et tous les autres ?

On va arriver à des sommes colossales… qui sont volées à nous tous !

C’est tout simplement honteux, chacun devrait s’en souvenir lorsque lui, il paie ses impôts au Trésor Public. C’est toujours douloureux, mais si l’état est là, on sait pourquoi. Que tous les autres paient aussi…  Démocratie, égalité des droits et des devoirs…

Un état qui fonctionne, c’est l’éducation, l’accès à la culture, la santé, le logement, les retraites et la liste est longue.

Opsine 95

La Société Générale attaque Jean-Luc Mélenchon en justice

 

15928782464_d344ff5bcb_o

« Société Générale » de Raphaelle Laf Euille via Flickr.com

Pour ses propos sur la Société Générale (voir ici)  Jean-Luc Mélenchon fait l’objet d’une plainte pour diffamation.

Pour mémoire J.L Mélenchon ne fit que rappeler le mensonge des dirigeants de cette banque devant des parlementaires… A ce titre le député européen demande la mise sous tutelle de la banque, comme la législation le permet.

Il aura donc le privilège de partager le banc de Mr Kerviel et de son avocat Maître Koubbi, eux aussi attaqués en diffamation.

Ceci est un symptôme, et il est très préoccupant. Le symptôme d’une société dont les représentants ne peuvent plus faire la critique d’une dérive généralisée de la grande finance sans être poursuivis en justice où ils auront à faire face à une armée d’avocats. Ceci acte la mort du pouvoir politique face au pouvoir délirant de la Finance.

A travers ces poursuites, c’est notre liberté que la Banque attaque. Nous laisserons-nous faire ou nous battrons-nous ?

Aux armes, insoumis !

Y.S